Print Friendly, PDF & Email

Le millésime 2013 sera-t-il rentable?

Ce millésime 2013, le marché l’a critiqué, l’a attendu, a été pessimiste et quelque fois optimiste, l’a goûté, et se pose désormais la question de l’acheter. Les mauvaises conditions météorologiques de 2013 ont concentré toute l’attention d’un marché du vin en dents de scie encore légèrement assommé par le millésime précédent. Tous espéraient une grande année comme 2009 ou 2010, on n’en est pas là. Au final, qu’en est-il ?

2013 : Un avantage technologique ?

Michel Rolland, célèbre œnologue et consultant de la région bordelaise, en dresse un premier constat quand à ce millésime 2013. Vinificateur de renom, il a vu les techniques évoluer dans le temps et voit ainsi ce millésime comme une avancée technique par rapport aux dernières décennies.

Il estime ainsi que certains vins du millésime 2013 arriveront à sortir leur épingle du jeu grâce aux progrès technologiques qui ont permis à certains châteaux de plus que limiter la catastrophe. Il compare ainsi le millésime 2013 à celui de 1992 et le premier semble bien mieux s’en tirer que le second grâce aux techniques modernes. A l’époque, les vinificateurs n’en savaient pas beaucoup sur les manières de faire face aux intempéries et aux mauvaises conditions, comment gérer différemment une situation favorable d’une autre défavorable d’un point de vue logistique dans les parcelles par exemple. Depuis, les choses ont évolué et l’on doit s’attendre à de bons millésimes grâce à l’évolution des mentalités et des manières de travailler.

Un millésime agréable

Il conclut sur le fait que 2013 ne sera pas une grande année mais qu’elle devrait donner du plaisir. Surtout elle devrait bien vieillir, il ne serait pas étonné de voir des consommateurs être agréablement surpris dans les 3 à 5 prochaines années en ouvrant une bouteille de ce millésime. Tout comme 2002 ou 2007. Faisons confiance aux professionnels…

Auteur : Mikael Pierron

© michalzak – Fotolia.com

Actualités récentes