Print Friendly, PDF & Email

 

Le marché des grands crus poursuit la correction que nous évoquons depuis plusieurs mois. Novembre fut une période particulièrement difficile pour l’ensemble du secteur du vin, les indices de référence affichent de lourdes pertes : le Liv-ex Fine Wine 100, indicateur de référence pour les investisseurs, recule de 2,53%, alors que le Liv-ex Fine Wine Investables est en retrait de 2,08%.

Les pires résultats du marché du vin en 2013

Ces résultats mensuels, les pires de l’année pour le marché du vin, s’expliquent par le contexte global extrêmement crispé dont nous vous faisons régulièrement part. Le pessimisme et l’attentisme sont plus que jamais de mise, renforcés par les difficultés annoncées de la campagne En Primeur 2013. Cet évènement souffre de rendements très faibles, d’une qualité incertaine et d’acheteurs de vin ayant le sentiment d’avoir été bernés ces dernières années. Cité dans le Drinks Business, Justin Gibbs, directeur du Liv-ex, résume parfaitement l’impression générale : « Il n’y a pas d’intérêt à acheter en primeur à moins d’une valorisation avantageuse. Depuis 2005, les prix sont trop hauts, c’est aussi simple que ça ».

Sur le marché du vin, les plus importantes contre-performances de novembre impliquent essentiellement les plus grands crus de Bordeaux des meilleurs millésimes récents, 2009 et surtout 2010 qui nous semble être le plus problématique, du moins à court terme. Les raisons de ce manque de dynamisme du marché sont toujours les mêmes : des prix de sortie trop élevés et des stocks trop importants, qui ne s’échangent plus, du fait d’un marché paralysé.

Vers un équilibre du marché de l’investissement en vin ?

Si ce constat sur le situation du marché pourrait sembler catastrophiste il convient d’y apporter de franches nuances. Il est en effet important de rappeler que cette baisse des cours du vin est essentiellement une correction consécutive à une hausse sans précédent constatée entre 2009 et l’été 2011.

Les niveaux de marché actuels, proches de ceux de 2005, nous semblent être d’intéressants points d’entrée pour les investisseurs, avec des perspectives à moyen et long termes. Sans tomber dans les raisonnements simplistes, l’adage incitant à acheter au son du canon nous paraît avoir du sens dans la situation actuelle, même si nous n’écartons pas quelques turbulences dans les mois à venir.

Auteur : Aurélien Grevet

Une réponse à Le marché de l’investissement vin au mois de novembre 2013

Actualités récentes