Print Friendly, PDF & Email

Diversification de cave et investissement vin

Le marché de l’investissement vin continue à traverser une période de fortes turbulences. Pour le douzième mois consécutif, l’indice de référence, le Liv-ex 100, est en baisse. Cette baisse est, qui plus est, significative (-1,38%).

L’investissement vin doit miser sur la diversification

La tendance à l’investissement en vin est largement défavorable depuis le début de l’année : -3,16%. Les autres indices classiques reculent également : le Liv-ex 50 à -1,20% et le Liv-ex Investables à -1,11%. Seul le nouveau Liv-ex 1000, plus représentatif  de la diversité des segments de marché, est en légère augmentation (+0,24%).

L’investissement vin ne saurait se passer d’une véritable stratégie de diversification. C’est ce que nous révèle ce dernier point qui est, selon nous, le plus encourageant et conforte notre optimisme, même à court terme. Le résultat positif que nous affichons ce mois-ci est directement lié à la diversification de notre cave, à l’image de la composition du Liv-ex 1000. Si les Bordeaux continuent à souffrir, les grands vins de Bourgogne et de Champagne, ne cessent de bénéficier d’une demande en forte croissance, notamment de la part des pays émergents.

Les grands vins de Bordeaux peinent sur le marché du vin

Le segment des grands crus de Bordeaux est plus problématique, en particulier à court terme. Et la campagne des Primeurs 2013 qui a débuté le 31 mars, n’apporte, pour l’instant, aucun élément propice à rassurer les acteurs du marché du vin. Au contraire, les quelques prix de sortie connus, sont loin de satisfaire l’attente à la baisse que tous réclament. L’exaspération des intervenants, du négociant au consommateur, est largement relayée par les médias spécialisés ces derniers jours. La tribune de Tim Atkin MW et Guy Woodward, de Decanter, en appelle même à une révision du système des Primeurs, qualifié de « supercherie ».

Il serait assurément naïf de ne pas tenir compte des évolutions de du marché de l’investissement vin particulièrement défavorables, notamment des grands crus bordelais. Cependant, nous restons persuadés que cette phase du marché offre de véritables opportunités d’achat à moyen et long termes. De plus, d’autres éléments encourageants doivent être soulignés, tel le ratio demande/offre (54%) que nous indique le Liv-ex, a priori favorable à une reprise des cours.

Auteur : Aurélien Grevet

© Nitr – Fotolia.com

Actualités récentes