Print Friendly, PDF & Email

Placement vin, la non-efficience du marché est un atout pour investir

Le placement vin fait partie des rares marchés sur lesquels il existe de la non-efficience, comprendre un marché non réactif à court terme aux informations existantes.

Le placement vin bénéficie d’un effet amortisseur

Sur le marché financier ou immobilier, une différence de notation ou de potentiel d’un produit est vite rattrapée par un différentiel de prix à l’achat comme à la vente, soit par des acteurs ayant l’information avant tout le monde (ou plus réactifs) soit par des machines toujours plus sophistiquées.
Pour le placement vin, les choses ne se font pas aussi rapidement. Parfois, cela arrive lors des annonces de notes par Robert Parker à la sortie d’un nouveau millésime, mais dans la plupart des cas ce sont des différences de prix souvent incompréhensibles qui subsistent.
De quoi prendre des décisions à moyen ou long terme bien réfléchies, qui s’avèrent souvent fructueuses.
C’est le cas sur les millésimes 2009 et 2010 de Château Montrose qui ont tous les deux une notation parfaite, 100/100 par Robert Parker, et qui ont pourtant un différentiel de prix de 18 % entre l’un et l’autre. De quoi réfléchir à acheter les moins onéreuses (2010) et laisser de coté les plus chères (2009).

Les incohérences de prix de marché s’estompent avec le temps

Mais sur le marché du vin, la subjectivité des acteurs influe parfois beaucoup. Certains investisseurs diront que d’autres critiques n’ont pas les mêmes avis sur les deux millésimes, ou que le 2009 sera rare plus vite… mais le fait est qu’une telle différence s’estompera forcément dans le temps. Car la perfection a un prix.

Auteur : Mikael Pierron

 

Image © M.studio – fotolia.com

Actualités récentes