Print Friendly, PDF & Email

Les conseils en investissement de Patrimoine Grands Crus

Un investissement dans le vin peut se révéler extrêmement rentable à condition de respecter certaines règles, communes à tout placement, ou plus spécifiques à ce type d’investissement en particulier.

Conseils de base pour investir dans le vin

Comme pour tout investissement, il est judicieux de privilégier les produits les plus rares afin d’accroître les perspectives de rentabilité. Les grands crus de Bourgogne, ainsi que quelques grandes cuvées de la Vallée du Rhône ou de Champagne, dont la production annuelle n’excède pas quelques milliers de bouteilles, présentent cette caractéristique. À Bordeaux, les vins de la rive droite (Pomerol et Saint-Emilion) sont quantitativement plus limités.

Si nous vous conseillons de choisir des vins dont l’offre est restreinte, il est tout aussi important de se concentrer sur les grands crus les plus prestigieux, ceux pour lesquels la demande est la plus forte. Le Top 8 bordelais (Petrus, Ausone, Cheval Blanc, Lafite Rothschild, Mouton Rothschild, Margaux, Haut Brion et Latour) entretient une renommée internationale à l’instar des plus grands domaines bourguignons : Henri Jayer, Romanée Conti, Leflaive ou encore Coche Dury.

Investir judicieusement nécessite enfin de diversifier ses actifs. La répartition s’effectue entre les régions de production, mais aussi entre les millésimes récents ou plus anciens.

Les spécificités de l’investissement grands crus

Les grands crus sont un produit d’investissement particulier, un actif tangible qui exige une vigilance à part en termes de conservation. Non seulement, il convient de sécuriser ses grands crus, mais il est de plus primordial de garantir à ces vins d’exception des conditions de stockage optimales (température constante, hygrométrie adaptée et absence de luminosité).

Pour garantir la pérennité de ce type d’investissement, le conditionnement de ces précieux flacons revêt également une grande importance. Tous les acteurs du marché des grands vins, professionnels ou collectionneurs, privilégient l’achat de bouteilles dans leurs caisses bois d’origine, notamment pour une question de traçabilité.

Optimiser son investissement vin

Pour maximiser les profits de votre investissement, la fiscalité doit également être prise en compte. Au-delà de la taxe sur les plus-values mobilières, la question de la TVA est essentielle. En effet, un particulier doit s’acquitter de cet impôt à l’achat de grands vins, du moins auprès de professionnels garantissant l’origine et la conservation des bouteilles, amputant ainsi la performance de son placement d’emblée de 20%. Les sociétés d’investissement, grâce à différents dispositifs adaptés, permettent d’éviter ces coûts inutiles.

Enfin, de solides réseaux de vente sont nécessaires à l’optimisation de son investissement grands crus, notamment à l’export, destination privilégiée des vins d’exception. Il s’agit de limiter les intermédiaires. Prenons l’exemple des maisons de vente aux enchères qui pourraient sembler attractives : s’il est incontestable que les prix peuvent y flamber, il est important de rappeler que le delta entre le prix total d’acquisition par l’acheteur et la somme nette qui perçue par le vendeur, peut atteindre 35 à 40%.

Auteur : Aurélien Grevet

Crédit Photo : © sdecoret – Fotolia.com

Actualités récentes