Print Friendly, PDF & Email

Marché de l'investissement en vin - Tendances de janvier 2014

L’indice de référence du marché de l’investissement dans de grands vins, le Liv-ex 100, affiche, pour la première fois en douze ans, un résultat négatif en janvier (-0,9%). Le Liv-ex 50 et le Liv-ex Investables accusent également des pertes : -0,83% et -0,53%. L’ambiance générale reste crispée et attentiste, et engendre de faibles volumes d’échanges. Des opportunités d’investissement existent cependant grâce aux crus les plus rares et les plus prisés.

Une tendance baissière globale pour l’investissement en vin

Sur le marché de l’investissement en vin, un mouvement de fond se confirme. La part des vins de Bordeaux dans l’ensemble des transactions (sur la plateforme du Liv-ex) ne cesse de diminuer, même si elle reste très largement majoritaire. Pour le second mois consécutif, elle est inférieure à 80%.

Afin d’intégrer cette réalité du marché du vin, la société londonienne a créé un nouvel indice, le Liv-ex 1000. Celui-ci est composé de 7 sous-indices :

  • Bordeaux 500 : 10 derniers millésimes physiques des 50 meilleurs Châteaux bordelais,
  • Bordeaux Legends 50 : 50 bordeaux mythiques depuis 1982,
  • Burgundy 150 : 10 derniers millésimes physiques des 15 plus grandes étiquettes  bourguignonnes (dont les 6 crus du Domaine de la Romanée Conti),
  • Champagne 50 : les millésimes physiques les plus récents de  12 grands champagnes,
  • Rhone 100 : 10 derniers millésimes physiques de 5 cuvées du nord de la vallée du Rhône et 5 du sud.
  • Italy 100 : 10 derniers millésimes physiques des 5 Super Toscans et de 5 autres producteurs italiens.
  • Rest of the world 50 : 10 derniers millésimes physiques de 5 vins d’Espagne, du Portugal, des USA et d’Australie.

 Certains produits d’investissement de prestige restent performants

Ce nouvel indice est précieux pour les experts de l’investissement en vin, et confirme par des chiffres, des tendances que nous évoquons depuis la création de Patrimoine Grands Crus. Les régions dont les productions sont les plus restreintes et dont le prestige croit constamment, affichent de bons résultats, malgré le contexte baissier. Par exemple en 2013, Burgundy 150 et Champagne 50 gagnent respectivement 9,3% et 9,2% alors que Bordeaux 500 et Bordeaux Legends 50 stagnent (+0,8% et +0,9%).

Seule l’évolution de Rhone 100 (-1,7%) ne cadre ni avec notre analyse, ni avec les performances des grandes cuvées rhodaniennes de notre cave. Ceci s’explique, selon nous, par le fait que nous ne retenons que le meilleur de la région : des vins très majoritairement notés 100/100, des plus grands producteurs (Guigal, Chave).

Auteur : Aurélien Grevet

Crédits photo : © Warakorn – Fotolia.com

Actualités récentes