Print Friendly, PDF & Email

Le marché des grands crus prolonge, en mai, la tendance relativement stable observée depuis la fin du premier semestre 2013 : les indices Liv-ex Investables and Liv-ex Fine Wines 50 conservent les mêmes niveaux que le mois précédent, avec des performances respectives de -0,02% et -0,03% ; seul le Liv-ex Fine Wines 100 affiche un très léger recul à -0,3%.

Ces chiffres mitigés traduisent une certaine circonspection des acteurs du marché. Car, en effet, si le rapport entre une offre limitée et une demande continuellement croissante, est structurellement favorable à une hausse des cours, la convergence actuelle d’éléments ambivalents incite à la prudence et à une grande sélectivité.

La météo exécrable du printemps ne laisse rien présager d’exceptionnel quant à la qualité du millésime 2013 : le froid et la forte pluviométrie ont engendré un retard de développement, jamais vu depuis plus de vingt ans. Le mois de juin sera à ce titre décisif dans l’évolution des vignes. Même si rien n’est encore définitif, les craintes existent et pèsent sur la confiance des différents acteurs.

De plus, les marchés affichent également une certaine prudence suite à une campagne de Primeurs 2012 finalement assez compliquée.  Beaucoup attendaient une baisse plus importante des prix, en particulier sur les « Super Seconds » (Ducru Beaucaillou, Cos d’Estournel, Lynch-Bages, Pontet Canet, etc.), et ont donc limité leurs commandes.

Cette situation a indirectement engendré, essentiellement afin d’assurer un minimum de flux et de rotation de trésorerie,  d’importantes ventes des vins les plus valorisés. Le millésime 2010 qui, de plus, arrive physiquement sur le marché, fut ainsi significativement échangé.  Compte tenu du contexte, les cours sont bas et nous semblent constituer de belles opportunités à moyen et long termes, à condition bien sûr d’être particulièrement sélectif.

À plus court terme, certains segments spécifiques du marché des grands crus conservent un intérêt tout particulier : les vins les plus rares. Il est à ce propos significatif de souligner la hausse continue, depuis 9 mois, de l’indice Liv-ex Right Bank 100 (+10% depuis un an). Les appellations Pomerol et Saint-Emilion sont en effet celles dont les productions sont les plus limitées.

De même la promotion au rang de Premier Grand Cru Classé A de Saint-Emilion des châteaux Angélus et Pavie est entièrement validée par les marchés. Le niveau de prix de sortie des Primeurs 2012 (180€), jugé dans un premier temps trop élevé, n’a pas suffit à dissuader les acheteurs. Mieux encore, les millésimes antérieurs poursuivent les progressions en direction, voire au-delà, de ces cours. Par exemple, Pavie 2008 a atteint, au cours de ce mois, son record sur la plateforme d’échange du Liv-ex, à près de 1750€ la caisse (contre 1130 € en mai 2010).

Actualités récentes