Print Friendly, PDF & Email

Le marché de l'investissement vin en août 2015

Comme le mois de juillet, août est souvent peu significatif en termes de tendances et d’évolution des cours. Durant le second mois du creux estival, les indices du marché de l’investissement vin oscillent entre légères augmentations et stabilité : en tête le Liv-ex Investables progresse de 0,34%, suivi du Liv-ex 50 (+0,25 %) ; les références du marché stagnent avec le Liv-ex 100 à +0,09 % et le Liv-ex 1000 à -0,10 %.

Les grands vins de Bordeaux voient une érosion continue de leurs positions sur le marché

Les grands crus bordelais de 2012 occupent la première place des échanges en volume, suivis de près par les 2010. Notons que les échanges, pour le millésime 2012, s’effectuent à des niveaux d’au moins 20 % inférieurs aux prix de sortie en primeurs, ce qui acte l’absence totale d’intérêt de ce système de vente sur le plan de l’investissement dans le vin. La rétrospective sur le millésime 2005 publiée au printemps par Robert Parker avait enflammé l’intérêt du marché pour les meilleurs crus de ce millésime. Après une importante hausse des cours, dans des volumes importants, la tendance est au maintien dans des proportions plus restreintes.

Les grands vins italiens et bourguignons ont toujours davantage la faveur des investisseurs en vin

Les autres grandes régions de production voient leurs parts de marché croître progressivement et cette tendance semble irréversible. Avec plus de 95% des échanges (sur la plateforme Liv-ex) en 2010, les crus bordelais écrasaient le marché. En à peine 5 ans, ils sont passés sous la barre des 75%. Les principaux bénéficiaires sont les grands vins italiens et bourguignons, régions d’autant plus attractives en termes d’investissement que les productions des plus grands vins y sont limitées (5 à 20 fois inférieures).

Répartition des échanges sur le Liv-ex par région viticole

Robert Parker pousse Angélus vers Cheval Blanc

Fin août, le gourou des critiques Robert Parker, bien qu’officiellement en retrait depuis la campagne de primeurs 2014, a encore une fois influencé le marché avec ses commentaires sur une dégustation de mini-verticales (2000-2012) de Pavie et Angélus. Le vin à la cloche est le grand gagnant avec plus de notes majorées que dépréciées. Pavie voit au contraire 6 millésimes être moins bien notés pour une seule meilleure note, mais de taille : 2010 accède aux 100 points. Ceci tend à confirmer le premium de Château Angélus qui rejoindra vraisemblablement à moyen terme les cours de Cheval Blanc.

Auteur : Aurélien Grevet

 

Image © Raimond Klavins – fotolia.com

Actualités récentes