Print Friendly, PDF & Email

Retour sur les vins bordelais vendus en primeur

La vente des vins de Bordeaux en primeur continue à grande vitesse : cette campagne bat des records de promptitude. Espérons que la phrase de Pierre Corneille « Le trop de promptitude à l’erreur nous expose » ne se révèle pas être une prédiction pour la place bordelaise.

Les vins bordelais disponibles en avance

Beaucoup de châteaux de Bordeaux ont donc proposé leur vin en avance par rapport à leur agenda habituel. Ils ont majoritairement considéré qu’il n’était pas forcement nécessaire, ni judicieux, de faire languir un marché d’investisseurs qui n’attendent pas les sorties en primeurs comme il pouvait le faire il y a quelques années.

La stratégie de producteurs de vins bordelais est d’autant plus pertinente que ce nouveau millésime est voué à être bu rapidement et que les acheteurs ne se bousculent pas non plus au portillon. A titre comparatif, le nombre de châteaux ayant sorti leur vin à la mi-avril 2008 était de 41, alors qu’il y en avait 19 en 2011 et 36 en 2012. Pour le nouveau millésime à la même période, il y en avait déjà 140 proposés aux acheteurs.

Des résultats de ventes décevants hors du Bordelais

Très peu de vins vendus en primeur ont trouvé preneur en dehors de Bordeaux, environ 10% des vins ont été vendus pour la totalité du stock des négociants aux marchands finaux, et environ 12%  des vins ont été vendus pour 75% de leur stock des négociants aux marchands finaux. C’est le cas de châteaux comme Lynch Bages, Beychevelle, Calon Segur et les Premiers Grands Crus Classés de Bordeaux qui ont su rameuter les foules. Cela reste beaucoup plus compliqué pour le peloton qui suit…

Il est toutefois à noter que les châteaux bordelais ont fait un petit effort sur les tarifs de sortie, avec des décotes d’environ -5% à -10%. C’est notamment le cas du Château Margaux dont le prix de sortie est en baisse de 10% par rapport à l’an dernier, à 215 euros par bouteille.

Auteur : Mikael Pierron

© Jacques PALUT – Fotolia.com

Actualités récentes