Print Friendly, PDF & Email

La fin des ventes en primeur est très attendue

La fin de la campagne de ventes en primeur est attendue avec impatience dans la région bordelaise pour tourner la page avec une année difficile. 

Les ventes auront lieu plus tôt que les autres années

Tous les châteaux du bordelais semblent privilégier une campagne de ventes en primeur rapide qui devrait commencer plus tôt que la normale. La question qui reste en suspens toutefois est celle du prix. On devrait en savoir plus à la mi-avril concernant cette question fatidique, dont les réponses vont vite être données par le marché du vin.

Chez Haut Brion, on considère les campagnes de ventes en primeur rapides comme étant celles des mauvaises années, alors que chez Margaux on pense que les sorties de stock devraient se faire d’ici fin avril. Dans les cercles fermés, on estime même que cela devrait se faire légèrement plus tôt.

Les prix des vins en primeur seront-ils adaptés ?

Pendant ces ventes, les experts et les marchands espèrent voir les tarifs baisser. Cependant il ne serait pas impossible de voir les prix du millésime 2013 refléter ceux de 2012, qui eux-mêmes étaient déjà en baisse par rapport à 2011. Ce fut le cas notamment de Château Margaux dont les prix de sortie l’année passée étaient de 240 euros par bouteille, soit une baisse de 33% par rapport au millésime précédent. Certains estiment déjà qu’un prix au-delà de 200 euros pour Margaux 2013 risquerait de « tuer le marché ». Un marché qui a toujours raison, comme dirait le célèbre adage financier.

Ces ventes en primeur sont compliquées :  alors que les vignobles ont du conjuguer avec les mauvaises conditions météorologiques l’an dernier, ils vont devoir faire face à la bataille des prix sachant que les quantités de production sont en très large baisse. Reste à savoir qui vont être les grands perdants de cette nouvelle campagne : les châteaux ou les consommateurs. Certainement un peu des deux…

Auteur : Mikael Pierron

© CandyBox Images – Fotolia.com

Actualités récentes