Print Friendly, PDF & Email

La vente de vin en primeur critiquée par les anglais

Le titre est peut être un peu fort, mais dans les faits, nous n’en sommes pas loin. Après de nombreux professionnels de la vente de vin en France c’est au tour des marchands de vin anglais de se révolter contre les campagnes de vente de vin en primeur.

Une mauvaise image des ventes de vin en primeur

Comme depuis plusieurs années, les négociants de vins bordelais demandent une baisse des prix des caisses de vin en primeur. Mais chaque année, les châteaux entendent mais n’écoutent pas forcément les revendications. Depuis, beaucoup sont montés au créneau pour demander expressément un changement sans quoi ce serait la fin du système de primeurs.

Ces derniers jours, ce sont les marchands de vin anglais qui entament les négociations en écrivant une lettre ouverte aux châteaux bordelais, leur demandant concrètement de totalement revoir leur processus intellectuel concernant ce système. Clairement, il est demandé une baisse conséquente des tarifs pour faire face à une demande en déclin depuis plusieurs années, en tout cas pour les primeurs.

Un marché en attente de changements drastiques

Les douze plus grands négociants de vin anglais ne voient ainsi plus de valeur dans ces campagnes, d’autant plus quand les prix en primeurs ne compensent pas le coût d’opportunité d’attendre 24 mois ses bouteilles. Pire, depuis quatre ans, les prix de sortie publics sont inférieurs aux prix de sortie en primeur : inacceptable et invendable pour des marchands cherchant à convaincre leurs clients.

Le marché attend désormais un effort des châteaux pour retrouver des tarifs proches de ceux de 2008. Même si certains châteaux ont joué le jeu d’une baisse de leurs tarifs pour les derniers millésimes, la demande n’a pas réussi à rencontrer l’offre. Avec le bon millésime attendu, Bordeaux a une chance exceptionnelle de (re)gagner des consommateurs en mal de confiance…

 

Auteur : Mikael Pierron

© Roberto Zilli -Fotolia.com

Actualités récentes