Print Friendly, PDF & Email

Le vin rosé gagne en notoriété

Le vin rosé a toujours été considéré comme un vin de seconde zone. Certains ne le catégorisent même pas comme un vin. Il semble que les choses soient en train de changer sur le marché du vin, en tout cas d’évoluer.

Un marché en demande de vin rosé

La loi du marché du vin est un premier signe de cette révolution puisque la consommation et la demande en vin rosé sont en constante croissance depuis de longues années. Si l’on considère les deux dernières décennies, le rosé est même le seul vin à connaître une évolution positive.

Les ventes de vin rosé ont presque triplé depuis 1990 pour aujourd’hui atteindre un peu moins de 30% de parts de marché. A titre de comparaison les vins blancs ont stagné autour de 15% et le vin rouge n’a fait que chuter, passant de 78% à 57% de parts de marché sur la même période.

Les volumes de production de vin rosé augmentent

Les techniques de vinification du vin rosé ont beaucoup évolué, permettant aux producteurs de ne plus avoir à rougir de leur production et de confirmer la croissance du rosé sur le marché du vin.

La consommation mondiale de vin rosé est pour moitié repartie entre la France et les Etats-Unis. Sa facilité à se boire et l’absence de code autour de sa consommation lui confèrent une image plus légère que celle des vins rouges dont la dégustation est beaucoup plus codifiée.

Les bouteilles de rosé ne sont plus une rareté dans les rayons des supermarchés et les consommateurs déboursent souvent plus de dix euros pour ce type de vin, cette évolution atteignant une croissance à deux chiffres chaque année. Les vins rosés sont désormais plus que des produits estivaux.

Auteur : Mikael Pierron

© kubais – Fotolia.com

Actualités récentes