Print Friendly, PDF & Email

Une actualité complexe pour l'investissement en vinL’actualité est préoccupante pour les investisseurs en vin car ce titre, légèrement racoleur, est toutefois une réalité. Bruxelles ayant décidé de taxer le photovoltaïque chinois, le gouvernement de la république de Chine a répliqué en ouvrant une enquête antidumping contre les vins importés depuis l’Union Européenne.

Une guerre économique avec un pays qui investit dans le vin

Cette actualité est une mauvaise nouvelle pour l’investissement en vin car les chinois sont de grands consommateurs de vins étrangers. L’an dernier on a pu constater une hausse de 10% des importations en vin. On estime aujourd’hui que 20% des bouteilles de vin consommées en Chine sont importées.

Ce pays qui investit et consomme tant de vins européens ne voit pas d’un très bon œil les mesures protectionnistes mises en place par l’Europe et cherche à exercer une pression sur l’Occident en faisant planer la menace sur le marché du vin. L’empire du Milieu  a donc lancé une procédure antidumping et antisubventions à l’encontre des vins de l’Union européenne. Comprendre, à l’encontre des vins en provenance de la France et dans une moindre mesure de l’Italie.

Une actualité qui pourrait nuire à l’investissement en vin?

Actuellement, la France est pour beaucoup dans les échanges en vins entre la Chine et l’Europe si bien que le marché du vin est l’un des seuls à avoir une balance excédentaire en France, derrière l’aéronautique. Chaque année, le montant des exportations européennes de vins et spiritueux vers la Chine dépasse le milliard d’euros. La France exporte à elle seule 140 millions de litres de vin chaque année, soit environ 600 millions d’euros.

L’investissement en vin est un marché dont la France aurait du mal à se passer. S’attaquer ainsi aux exportations européennes est une menace directe pour les producteurs français. Le combat sino-européen ne fait que commencer…

Auteur : Mikael Pierron

Crédits image : © le0nmd – Fotolia.com

Actualités récentes