Print Friendly, PDF & Email

De l'argent sale transiterait par l'achat de châteaux en vinL’achat de châteaux viticoles serait-il un outil de blanchiment d’argent? La question reste entière et a en tout cas été posée cet été par le ministère français de l’économie.

Un rapport qui pointe du doigt l’achat de châteaux

Cette interrogation sur les châteaux provient d’un rapport adressé dans le courant du mois dernier afin d’avertir des possibilités pour de l’argent sale venant de l’extérieur du pays d’être blanchi en France. Ce très sérieux constat émane de Tracfin, Traitement du Renseignement et Action Contre les Circuits Financiers Clandestins, un département du ministère créé en 1990, qui a fait part de ses suspicions quant à des transactions intervenues depuis certains pays comme la Russie, la Chine ou l’Ukraine sur des châteaux  au cours des derniers mois.

Comment contrôler les achats de châteaux?

Le problème reste entier et toujours le même : comment traquer cet argent sale qui transiterait via l’achat de châteaux ? Cela reste très compliqué puisque les fonds passent par différentes sociétés, souvent basées dans des paradis fiscaux, avant de se transformer en châteaux et vignoble. Les transactions ne se font pas toutes directement du client final à la propriété, ce qui pose forcément un problème pour les services de police.

Même s’il semble nécessaire de pousser les investisseurs à acheter des châteaux, il n’en demeure pas moins important de vérifier la provenance des fonds dans ce type d’opérations. Tracfin émet ainsi des doutes concernant certaines opérations dans un contexte international tendu ou la Chine rapporte des chiffres astronomiques concernant la fraude fiscale, un enjeu majeur pour les hautes instances du pays du Milieu. On estime ainsi qu’environ 2,9 trillions d’euros se sont ainsi éclipsés de Chine lors de la première décennie des années 2000 (2000-2011), selon le groupe de recherche Global Financial Integrity en 2012.

Auteur : Mikael Pierron

© vege – Fotolia.com

Actualités récentes